Activités

Imparfait et passé simple

L’IMPARFAIT ET LE PASSÉ SIMPLE

 

Comme son nom l’indique, l’imparfait est vraiment un temps « imparfait » ! mais au sens du latin : imperfectum qui veut dire inachevé

Donc avec l’imparfait la notion de temps est pour ainsi dire indissociable de la notion d’aspect. A propos d’aspect, l’imparfait (de l’indicatif) exprime l’idée d’une action ou d’un fait passés entrain de s’accomplir c’est-à-dire, présents en quelque sorte, ou mieux : en arrière-plan, en toile de fond par rapport à d’autres actions ou faits passés qui ont lieu simultanément, en premier plan, sur le devant de la scène et s’expriment au passé simple. Ainsi Victor Hugo nous donne cet exemple :

- Comme le soir tombait, (c’est l’imparfait, l’arrière-plan, le décor) l’homme sombre arriva(le passésimple montre ce qui se passe en premier plan)

Lorsque l’on raconte une histoire, on a besoin de l’imparfait, pour camper le décor, décrire la situation en arrière plan de l’action principale qui se déroule au passé simple, pour déclencher une succession de péripéties.

Une petite chanson bien connue (de nous surtout) nous fournit un autre exemple :

- [En revenant de Saint-Denis… une souris qui se promenait à grand bruit, etc… ]

Le gros chat qui passait par là (l’imparfait montre le chat entrain de se promener), l’attrapa et la mangea ! (le passé simple déclenche l’action meurtrière du chat).

Pour résumer, on peut dire que l’imparfait est le temps descriptif du passé, alors que le passé simple est le temps narratif, ou temps du récit qui présente les événements dans leur succession.

Passé simple

Donc, pour les actions de premier plan, ou principales, qui n’ont lieu qu’une fois, et sont datées, c’est lepassésimple comme :

- Il se leva et applaudit l’artiste.

Il s’accompagne d’ailleurs de notions de temps pour préciser le moment comme par exemple :

ce matin-là, un jour, le 4 décembre de cette année-là…

- Ce jour-là, rien ne se déroula comme d’habitude

Il s’accompagne aussi de mots comme soudain ou tout à coup, qui apportent de la vivacité, dynamisent l’histoire, comme ici :

- Tout à coup il prit ses jambes à son cou.

L’imparfait

Quant à l’imparfait, comme nous l’avons vu, c’est pour les actions de second plan, non datées précisément, et d’une durée indéterminée, comme :

- Paolo jouait de la guitare dans sa chambre, pendant que je me réveillais tout doucement dans la pièce à côté.

Il peut utiliser des notions de durée telles que longtemps, pendant des heures… (ce qui laisse le temps de profiter de l’arrière-plan, pour faire avancer l’action… au passé simple)

- Ophélia et Alice répétaient leur morceau de violon pendant des heures sans se lasser.

Et aide à montrer des actions habituelles  dans le passé :

- Tout les mercredis, mon père nous emmenait à la pâtisserie.

Il faut dire enfin que l‘imparfait est le temps favori des descriptions,

- Les nuages noirs qui s’amoncelaient à l’horizon n’annonçaient rien de bon.

 

ILLUSTRATION

Cette petite histoire montre ainsi ses deux plans :

– en rouge, l’action principale, au passé simple, anime l’arrière-plan décrit à l’imparfait en vert.

Par un beau matin de décembre,

Alors que je te racontais cette histoire,

Raminagrobis sommeillait mais n’avait garde de perdre son temps, ………………………………………………………………………………………

……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………….chat et sourisx

et en un tour de patte,

il se jeta sur l’imprudente Minnie et la croqua !

Mais j’avoue que cette histoire est un peu cruelle !

Pas encore de commentaire.

Ajouter votre réponse

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

AVATAR SCHOOL |
Maxoumichou |
Fcpecollegearmandebejart |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Missmistinguette
| Classematernelledefauconnires
| Educationjuive